MENOPAUSEE ET LIBRE - SOPHIE KUNE - Live Instagram

MENOPAUSEE ET LIBRE - SOPHIE KUNE - Live Instagram

Dans cet article
Retraçant l’origine du terme – né sous la plume de Charles de  Gardanne  en 1821 – interrogeant des spécialistes, partageant son  expérience  et ses réflexions,  Sophie Kune mène l’enquête. Elle décortique  les impacts physiologique, psychologique, sexuel et professionnel  de la ménopause, déconstruit les archétypes et propose  de  changer de regard.
Article suivant

Résumé

Née en 1968 Sophie Kune raconte la découverte de sa condition de femme à l’âge de 10 ans à l’apparition de ses premières règles et d’une gifle reçue par son père pour marquer le coup ! 

S’en suivront les douleurs menstruelles que son médecin qualifiera de normales et à propos desquelles on lui astreindra de ne pas faire sa chochotte, puis la contrainte contraceptive et ses inconvénients, la grossesse, l’accouchement et le post-partum auquel aucune femme n’est préparée ainsi que les injonctions à être une bonne mère. Puis enfin, la ménopause artificielle qui lui sera prescrite à 45 ans par sa gynécologue à cause de l’épaississement de son endomètre. Ce traitement hormonal soudain lui causera de nouveaux désagréments comme la sécheresse vaginale.  

Alors qu’elle a l’impression d’avoir encore 30 ans dans sa tête, ce terme si connoté péjoratif de ménopause lui permet de réaliser qu’elle est perçue comme « vieille » aux yeux de son entourage, plutôt à cause de ses cheveux gris et de ses premières rides en réalité puisque la ménopause n’est qu’un processus interne et invisible.  

Mais toute femme aux environs de 45 ans devient catégorisée « ménopausée », sans avenir et rejetée dans la sphère professionnelle, invisible dans la publicité, la communication, le cinéma… 

L’autrice retrace comment la société en est arrivée là, notamment avec les écrits monstrueusement misogynes, sous couvert de savoir médical, du docteur Charles de Gardanne qui a créé ce terme de ménopause (arrêt du sang) à partir de racines grecques. Il faut dire qu’au XIXe siècle, après la révolution, tous les droits sont octroyés aux hommes et les femmes sont condamnées par le code civil à être légalement sous leur tutelle. Leur principal rôle social restant celui d’être mère. 

La femme en « dépérissement » ou « âge critique » doit donc se mettre en retrait, ne plus avoir de vie sexuelle pour ne pas gaspiller la semence précieuse des hommes, ne pas s’exposer aux sorties, à la musique, elle doit s’habiller modestement mais il lui est tout de même conseillé de faire le ménage pour maintenir un minimum de forme physique… 

Bien que la ménopause naturelle ne soit pas une maladie mais un processus de transformation normal au même titre que la puberté, la diminution progressive des hormones fabriquées par les ovaires entraîne un certain nombre de signes cliniques. Il est nécessaire de s’y adapter et de les envisager d’une façon positive comme tous les autres chamboulements liés à l’âge.  

Pourtant à 45 ans, il reste encore environ 20 ans à travailler et 40 ans à vivre, donc il n’est pas question pour Sophie Kune de se laisser aller à la morosité. 

La ménopause est une nouvelle vie qui commence pour les femmes, libérées des saignements, de la charge contraceptive et maternelle ainsi que du regard des hommes.  

L’occasion de vivre pour soi et de réinventer sa vie. 

Sophie Kune expose donc ses recettes pour une vie meilleure en citant un grand nombre de femmes professionnelles (médecins, coachs etc..), dont : 

  • Repenser sa vie sexuelle et notamment pratiquer le slow sex 
  • Adapter son look à ses envies et à la forme de son nouveau corps, porter des couleurs vives 
  • Revoir sa conception de la beauté, adopter une attitude body positive et parler de pro-âge plutôt que d’anti-âge 
  • Un peu de maquillage pour la bonne mine et des crèmes adaptées pour hydrater la peau 
  • Un minimum de mouvement pour maintenir sa silhouette et sa forme : de la marche et du yoga 
  • Des bains aux huiles essentielles et des automassages pour prendre soin de son corps 
  • Un bon sommeil 
  • Une alimentation saine, des portions réduites, une amélioration de la flore intestinale 
  • Avoir confiance en soi, se former, entreprendre  

 

Particularité : les chapitres sont illustrés par 11 "Vision Boards" (collections d'images inspirantes) réalisés par l’autrice sur Pinterest et accessibles par des QR codes au fil des pages. Petit clin d’œil à la modernité d’une femme qui souhaite rester branchée. 

 

L’avis de l’équipe GliSODin 

Une première partie intéressante pour le partage d’expérience de vie d’une femme auquel on s’identifie, pour les informations historiques, médicales et le bon résumé sociétal du sort encore réservé aux femmes qui prennent de l’âge. 

La deuxième partie de livre se penche sur les recettes bien être pouvant tout autant s’adapter à des femmes plus jeunes ou aux hommes vieillissants qui sont aussi en perte de testostérone et de muscles.  

Sophie Kune est une femme très dynamique, bienveillante et s’entoure intelligemment de femme de sa génération qu’elle prend à cœur d’exposer aux yeux du grand publique. 

 

Live instagram @MenopauseStories x @GliSODin_fr

 

Nos conseils

L’inflammaging ou Inflammation chronique de la Peau

Lire la suite

Compléments alimentaires fabriqués en France

Lire la suite

Prendre de Bonnes Habitudes Santé à la Rentrée

Lire la suite

4 Conseils pour une Rentrée sans Stress

Lire la suite

Prendre soin de sa peau noire naturellement

Lire la suite

Idées reçues sur les peaux foncées et le soleil

Lire la suite